web panel Global healthfr

Le 11 mai, venez rencontrer les chercheurs qui jouent un rôle central dans la contribution du Canada à la recherche et à l’innovation en santé dans le monde. Venez vous renseigner sur la recherche qui se déroule et les innovations qu’on met au point dans le domaine des maladies transmissibles et non transmissibles. Découvrez comment la recherche subventionnée par le gouvernement et réalisée dans le cadre de partenariats publics‑privés aide les Canadiens et garde le Canada à l’avant‑garde de la recherche.

Keynote Speaker:

Dr Frank Plummer, Université du Manitoba; directeur scientifique, Laboratoire national de microbiologie, Santé Canada.

RESEARCH CANADA SENATE OF CANADA May 11th 2015 (brief remarks)

Introduction Dr Plummer I would like to thank Research Canada and Senator Ogilvie for organizing this Caucus and inviting me to speak at it.

It’s good to be here.

The researchers represented here are an impressive bunch. They are a small sampling of what is going on in global health research led by Canadians – both in Canada and abroad

Rich History

As many of you know, Canadian leadership in global health research is strong. It is not new.

While the term is relatively new, Canadians have been active and effective in this field for a long time – from the discovery of insulin by Banting and Best at the University of Toronto, to the work of Allan Ronald who had a vision for a “twinned” relationship between the Universities of Manitoba and Nairobi to prevent and control infectious diseases, to Prabhat Jha’s work on vital statistics in India.

Career

My own career has been all “global health” research and clinical practice – from training at the CDC in Atlanta Georgia, to 17 years living in Africa establishing the Manitoba-Nairobi HIV collaboration, to 15 years directing and building the National Microbiology Laboratory in Winnipeg.

And, it’s been both a surprising and rewarding career.

Surprising … the disease – HIV – that I have dedicated most of my career to did not even exist when I graduated medicine from the University of Manitoba. SARS, H1N1, and Ebola were other surprises nature had in store for me!

Rewarding … the “rush” of discoveries we Canadians made with our Kenyan colleagues in Pumwani – the poorest of poorest slums in Nairobi – in the mid 80s to mid 90s have saved millions of lives globally.

Notable among our discoveries include:

– Factors that contribute to heterosexual transmission of HIV; – Detection of HIV in breast milk (mother to child transmission of HIV); – Circumcision reduces HIV rates for males by 50 percent; and – Natural immunity to HIV exists.

Remarkably, we discovered among the most marginalized group of women in society – sex workers – that when exposed to HIV they maintain immunity to the disease. Even more surprising was when the exposure stops, they run the risk of seroconverting – being unable to naturally fight off the disease.

Scientific findings … that are now common knowledge!

Yet, at the time challenged conventional wisdom Our research – Canadian research – led to changes in global health prevention strategies and policy.

Not without a story or two to tell.

Despite obstacles, almost thirty years later, Canadian HIV global health research discoveries and prevention strategies are still being implemented worldwide.

Jamie Blanchard and Stephen Moses are implementing – or “scaling” as it is termed today – our collective findings in India.

It is fitting that Prime Minister Harper chose to champion maternal, neonatal and child health as an area for global health focus and impact.

Our scientific base in this field, and women’s health in general, is strong. Canadian science has much to offer the world.

The natural immunity cohort is one of the richest human resources for vaccine research on the planet. Thousands and thousands of blood samples are stored in fridges in Winnipeg. It is a global asset. There is none equal to it.

Sustainable Environments

Equally rewarding, is that, as Canadians, we did not simply go to Africa to “discover”.

With Allan Ronald’s vision, faith and guidance in hand, we went there to build – to build a sustainable clinical environment in which talented Kenyans were further trained to diagnose and treat infectious diseases, while contributing to a peerless global health research environment. The Kenyan doctors, nurses and laboratory technicians that now run the clinic in Pumwani, and work with us on HIV research in Manitoba, are among my proudest career achievements.

Joshua

Dr. Joshua Kimani, the clinic head, is someone all of Canada can be proud of. Partly trained at the University of Manitoba, he leads a highly competent team of Kenyans treating thousands of patients annually. In his search for solutions, he recently opened the first health clinic for gay men in Kenya.

Long Term Endeavour

Global health research is a long-term endeavor.

There are no quick fixes.

The Ebola research that started at Canada’s National Microbiology Laboratory 15 years ago, prioritized for funding by Defence post 9/11, and delivering promising prevention therapies (VSV-Ebov vaccine and ZMapp) in 2010/11 is illustrative of this.

The Red Queen

Further, as one discovery is made in global health research, new challenges always present themselves.

As I often like to tell young scientists entering the field of infectious diseases, you have to act like the Red Queen:

“keep running faster to stay in the same place” Which brings me back to some concluding remarks on global health research.

Definition

I know there are a lot of definitions out there.

My definition is a simple one.

Global health research is research on the great health challenges of the world (AIDS, TB, AMR, diabetes), performed in Canada (eg. malaria research in downtown Toronto, Ebola virus research in Winnipeg) or in low and middle income countries (HIV prevention in Kenya, vital statistics project in India).

Global health research – as Bill Gates has recognized and rewarded Canadians for – does not have to occur outside Canada’s borders to have impact.

In fact, the scientific resources and skills we have in Canada often accelerate impact. This, the late Jim Flaherty understood when he established the Development Innovation Fund and Grand Challenges Canada in Budget 2008 to:

“support the best minds in the world as they search for breakthroughs in global health and other areas that have the potential to bring about enduring changes in the lives of the millions of people in poor countries”.

Growth of Field

In the past 15 years the activities in global health research have grown tremendously in Canada. The themes of today’s Caucus illustrate this. They are of course:

• Maternal, neonatal and child nutrition; • Community and institutional contributions to maternal and child health; • Mitigating the burden of infectious diseases; • Building health systems to ensure global health; • Global chronic diseases; and • Gender and health.

Benefits

Further, the benefits of global health research are many. They include:

One, “achieving humanitarian goals around health and development” – delivering real, significant and long-lasting change in the lives of people living in developing nations, as our HIV discoveries have delivered;

Two, “global leadership” – the potential to elevate our role in the global political environment through exporting our scientific knowledge to others in need and adding to global health security. Our work on H1N1 with Mexico, Cholera genetic sequencing with Haiti, and Ebola with East Africa are examples of this;

Three, “maximizing the impact of ODA dollars” – discovering new ways to approach health issues that can be adopted globally. Rich Lester’s work at the University of British Columbia on using text messaging to improve therapy compliance is an example of this. ODA dollars spent on health research leads to highly sustainable outcomes. When knowledge generated through research is translated into policy, the impact is forever.

The Fourth benefit is “scientific opportunity and Canadian health security” – Ebola prevention, for example, is not easily studied in Canada. To protect Canadians and the wider global community from this health and potential bioterrorism threat, we must collaborate with others, where the disease is endemic. We must travel outside our borders. We must engage globally in our research.

A fifth benefit is “building the Canadian brand” in other countries and creating good will towards Canada; with a multitude of positive research, health, diplomatic, trade and economic benefits.

Conclusion

Finally, I would like to thank all the agencies – government, non-government, academic, private and philanthropic – that provide funding to keep the Canadian global health research environment strong.

Our success today is through the efforts and support of many.

I will close with a statement that I tell all that visit my research sites.

The purpose of science and research is not to study the world, but to change it.

Programme:

Nutrition et santé maternelle, néonatale et des enfants

Vous voulez aider une collectivité à sortir de la pauvreté? Commencez par vous occuper des mères. La recherche démontre que l’amélioration de la santé des mères et des enfants, y compris par une meilleure nutrition, est essentielle pour aider les collectivités à se sortir de la pauvreté. Depuis 1990, la mortalité maternelle dans le monde a diminué de 45 %, mais chaque jour, environ 800 femmes meurent de causes évitables liées à la grossesse et à l’accouchement. Presque tous ces décès ont lieu dans des milieux où les revenus sont faibles, et leurs causes comprennent les saignements sévères, les infections, l’hypertension artérielle et les complications survenues pendant l’accouchement.

La santé maternelle et la survie des nouveau‑nés sont étroitement reliées. Chaque année, 2,9 millions de nouveau‑nés meurent inutilement pendant leur premier mois de vie et 2,6 millions de plus sont mort-nés. Les principales causes, qui sont évitables et traitables, sont les complications liées à la prématurité, les complications durant l’accouchement et les infections.

La plupart des décès de mères et de nouveau‑nés peuvent être évités en utilisant une approche intégrée axée sur la prestation de services aux populations les plus difficiles à atteindre grâce à des solutions abordables, appropriées et durables pour améliorer la santé.

Gregor Reid, Ph.D.
Microbiome humain, probiotiques et nutrition

Diego Bassani, Ph. D., Centre pour la santé mondiale des enfants,
Survie néonatale

 

Contributions communautaires et institutionnelles à la santé des mères et des enfants

Plusieurs décennies de recherche ont contribué à la réduction de la mortalité maternelle, infantile et juvénile partout dans le monde. Toutefois, il existe des lacunes critiques des connaissances dans les systèmes de santé qui nécessitent des interventions communautaires et en établissement, dont le but est d’améliorer l’équité pour les femmes et les enfants dans ces systèmes de santé existants partout dans le monde.

Les solutions comprennent, sans toutefois s’y limiter, les recherches dans les domaines suivants :

  • Interventions communautaires ayant un impact élevé : mettre en pratique et évaluer des technologies et des services qui influent directement sur la santé des mères, des nouveau‑nés et des enfants en travaillant par l’entremise des collectivités dans lesquelles ils vivent.
  • Des interventions de qualité en établissement : assurer la prestation de soins de santé de grande qualité dans les cliniques et les hôpitaux.
  • Des politiques permettant d’améliorer les services et les résultats en santé : travailler avec les responsables des politiques et les décideurs pour les aider à prendre les meilleures décisions possible en matière de politiques sur la santé.
  • Ressources humaines : déterminer comment le personnel infirmier, les médecins et d’autres professionnels de la santé peuvent mieux assurer les soins nécessaires.

Dre Michaela Hynie, Université York
Intervention communautaire pour la santé mentale des mères

Dre Jenn Brenner, Université de Calgary
Renforcer les systèmes de santé pour réduire la mortalité des mères et des enfants

Georges Danhoundo, Ph. D.
Effets de la malaria sur la mortalité infantile et juvénile et facteurs liés au succès des programmes de prévention de la malaria

Atténuation du fardeau des maladies infectieuses

Les maladies infectieuses touchent de façon disproportionnée les populations les plus pauvres du monde et contribuent à un cycle de la pauvreté découlant de la productivité réduite attribuable aux maladies et aux invalidités de longue durée et à la stigmatisation sociale.

  • Selon l’OMS, on estime à 39 millions le nombre de personnes qui sont décédées de causes liées au sida en 2013. La vaste majorité des personnes vivant avec le VIH se trouvent dans les pays à revenu faible et moyen, et notamment en Afrique subsaharienne.
  • En 2013, il y a eu environ 198 millions de cas de malaria (avec une plage d’incertitude allant de 124 millions à 283 millions) et un nombre estimatif de 584 000 décès liés à la malaria (avec une plage d’incertitude de 367 000 à 755 000).
  • Les maladies tropicales négligées sont un groupe de maladies infectieuses d’origine parasitique et bactérienne qui touchent plus de 1,5 milliard de personnes les plus pauvres du monde, dont 800 millions d’enfants. Elles provoquent des douleurs intenses, une invalidité de longue durée et sont la cause de plus de 500 000 décès par année.
  • En 2013, 1,5 million de personnes sont décédées de la tuberculose, dont 360 000 parmi les personnes séropositives pour le VIH.

La répartition de ces maladies varie considérablement d’une région à l’autre, mais elles sont surtout concentrées dans les zones rurales de l’Afrique subsaharienne, de l’Asie et de l’Amérique latine et sont caractérisées par un chevauchement géographique et des degrés élevés de co-infections.

Il existe des interventions fondées sur des données probantes pouvant prévenir et contrôler ces maladies. Toutefois, elles demeurent peu utilisées et la résistance nouvelle aux antimicrobiens complique encore davantage la tâche. Par conséquent, on prône de plus en plus les plates‑formes communautaires de prestation des soins pour assurer la durabilité des interventions et combattre les co-infections.

 

Aslam Anis, Ph. D., Université de la Colombie‑Britannique
Thérapie antirétrovirale pour les personnes vivant avec le VIH/sida

Dr Hemant Shah, Réseau universitaire de santé
Éradication de l’hépatite dans le monde

Renforcement des systèmes de santé pour assurer la santé mondiale

L’efficacité des interventions existantes en santé n’est pas accompagnée par une efficacité aussi grande des systèmes de santé pour assurer des soins aux personnes dont les besoins sont les plus grands, et ce, d’une manière complète et à une échelle adéquate. Il est urgent d’améliorer le rendement des systèmes de santé dans les pays à revenu faible et moyen.

La meilleure mesure du rendement d’un système de santé est son impact sur les résultats pour la santé. Un consensus est en train de se former à l’échelle internationale : sans améliorations urgentes du rendement des systèmes de santé, le nombre de décès de mères demeurera obstinément élevé, malgré deux décennies d’efforts pour le réduire.

Puisque les systèmes de santé varient énormément selon leur contexte particulier, il n’existe pas d’ensemble universel de pratiques exemplaires que l’on peut proposer comme modèle pour améliorer le rendement. Toutefois, les systèmes de santé qui fonctionnent bien ont certaines caractéristiques en commun. Ils ont des systèmes d’approvisionnement et de distribution qui permettent réellement d’intervenir auprès des personnes qui en ont besoin. Ils disposent d’un nombre suffisant de travailleurs de la santé qui ont les compétences et la motivation nécessaires, et leurs systèmes de financement sont durables, inclusifs et justes. Les coûts des soins de santé ne devraient pas enfoncer les ménages pauvres encore plus profondément dans la pauvreté.

 

Dre Judith Bartlett, Université du Manitoba
Examen des réseaux de travailleurs de la santé indigènes en tant que stratégie clé pour atténuer les disparités en matière de santé dans les collectivités autochtones

Dr Richard Lester
Utilisation des technologies mobiles de l’information (téléphones cellulaires) pour améliorer le soutien des patients et les services de santé (applications mobiles en santé) dans les milieux où les ressources sont limitées

Dr Mark Ansermino
Recherche translationnelle (des laboratoires au chevet du patient) en surveillance de l’anesthésie et soutien des décisions cliniques

 

Maladies chroniques dans le monde

Les maladies chroniques, notamment les maladies cardiovasculaires, les AVC, les cancers, les maladies respiratoires chroniques et le diabète, sont de loin la principale cause de mortalité dans le monde, représentant 60 % de tous les décès. Parmi les 35 millions de personnes qui sont décédées de maladies chroniques en 2005, la moitié avait moins de 70 ans et la moitié était des femmes.

Ces épidémies invisibles sont une cause sous‑estimée de la pauvreté et nuisent au développement économique de nombreux pays. Contrairement à la croyance populaire, 80 % des décès attribuables aux maladies chroniques se produisent dans les pays à revenu faible et moyen.

Pour contrer cette épidémie, il importe de promouvoir des modes de vie sains, de prévenir les décès prématurés et les invalidités inutiles, de traiter les maladies chroniques de façon efficace en utilisant les connaissances disponibles les plus récentes et en mettant les traitements à la disposition de tous, notamment dans les milieux les plus pauvres, et en fournissant des soins appropriés en facilitant les soins de santé équitables et de bonne qualité.
Dr Prabhat Jha, Hôpital St. Michael
Régler les problèmes liés à l’immunisation en Asie du Sud et projet sur la santé maternelle et infantile en Éthiopie

Dre Karen Yeates, Université Queen’s
Utilisation de téléphones cellulaires pour réduire l’hypertension dans les collectivités autochtones rurales au Canada et en Tanzanie

Dr Duncan Pederson, Institut universitaire en santé mentale Douglas (Qc)
Les traumatismes et la santé mondiale : recherche interculturelle, ethnographique et épidémiologique sur la violence et les effets sur la santé mentale. La mémoire traumatique et les troubles liés aux traumatismes, la résilience, la guérison et les stratégies d’adaptation demeurent les principales préoccupations du Dr Pedersen.

 

 

L’effet du genre sur la santé

Les rôles et comportements distincts des hommes et des femmes dans une culture donnée, qui sont dictés par les normes et valeurs de cette culture particulière concernant les genres, donnent lieu à des écarts entre les sexes. Toutefois, les normes et les valeurs liées au genre donnent aussi lieu à des inégalités entre les sexes. Le fait que, partout au monde, les femmes ont un revenu en espèces plus bas en moyenne que celui des hommes est un exemple d’inégalité entre les sexes.

Les différences et les inégalités entre les sexes donnent lieu à des inégalités entre hommes et femmes en ce qui concerne l’état de santé et l’accès aux soins de santé. Par exemple, il y a des femmes qui ne peuvent pas recevoir les soins de santé dont elles ont besoin parce que les normes dans leurs collectivités les empêchent de se déplacer seules pour se rendre à une clinique.

Les normes et les valeurs fondées sur le genre ne sont pas fixes et peuvent donc évoluer avec le temps, varier considérablement d’un endroit à l’autre et peuvent changer. Par conséquent, les mauvaises conséquences pour la santé découlant des différences et des inégalités entre les sexes ne sont pas non plus statiques. La recherche dans ce domaine peut accroître la sensibilisation des professionnels de la santé au fait que les normes et valeurs liées au genre et l’inégalité entre les sexes continuent de causer des maladies, des invalidités et la mort, et elle peut promouvoir des changements sociétaux en vue d’éliminer le genre en tant qu’obstacle à une bonne santé.

 

Dre Deborah Money, Université de la Colombie‑Britannique
Progrès en dépistage et prévention des cancers du système reproducteur (ASPIRE)

Dre Donna Stewart, Réseau universitaire de la santé
Évaluer et mesurer les indicateurs sexospécifiques au Pérou, en Colombie et au Canada